Skip to content →

L’Opéra de Quat’sous de Bertolt Brecht

création 2014 –
Accompagnement artistique de la Compagnie La Strada  pour la Cie Bouts de Chandelles, 
dans la création de l’Opéra de Quat’sous de Bertolt Brecht .

Créée à Berlin en 1928 à l’aube de la prise de pouvoir par Hitler, Bertolt Brecht dépeint avec férocité et ironie une société en perte d’identité et de références, un monde au bord du chaos où « celui qui rit n’a pas encore reçu la terrible nouvelle »…

L’opéra de quat’ sous raconte la rivalité entre Jonathan Jeremiah Peachum, « roi des mendiants » exploitant la misère humaine, et Mackie le Surineur, criminel habitué des bordels.
Le conflit entre les deux hommes éclate lorsque Mackie épouse en cachette Polly, fille de Peachum.
Leur rivalité s’étendra alors à la ville entière, laissant rapidement entrevoir un monde où règnent la trahison, la corruption,la cupidité et l’hypocrisie.
Les deux gangs incarnent une humanité joyeuse mais impitoyable, où le crime est la norme, la moralité une étourderie, le mensonge un moyen parmi d’autres pour exploiter son prochain.
Plus qu’une concurrence entre deux « hommes d’affaires », ce sont bien deux systèmes diamétralement opposés qui s’affrontent. Alors que Peachum représente l’ordre et ses valeurs conservatrices, Mackie et sa bande incarnent le chaos, l’insoumission et la révolte.
Entre l’imposture institutionnelle et la rébellion, on peut alors se poser la question, tel le suggère la pièce: « Qui est le plus grand criminel: celui qui vole une banque ou celui qui en fonde une ? »

Cinq professionnels du spectacle, douze amateurs…
Une rencontre, un partage d’expériences autour d’une œuvre audacieuse,magnifique, exigeante, dont la pertinence reste d’une actualité étonnante.
L’Opéra de Quat’sous a beau être décrit par Brecht comme une  » parabole visant à démolir une idéologie », il n’assène aucun dogme.
Il fait imploser le monde sur le mode ludique sans nous fournir de recette pour survivre au milieu des ruines.
0euvre insaisissable… Qui renvoie dos à dos les petits et les grands pour nous confronter à la férocité de la nature humaine, qui n’est que concupiscence et désir de pouvoir.
« L’homme est un loup pour l’homme » B. B.

DISTRIBUTION
Mise en scène : Catherine Toussaint
Direction musicale : Jean-Paul Landeau
Scénographie : Gingolph Gateau
Costumes : Gingolph Gateau assisté de Jennifer Minard
Lumière : Lucie Fardet
Maquillage : Camille Picgirard (avec les conseils de Nathy Polak)
Avec Stéphanie Brice, Claudine Bizeuil, Coraline Furigo, Sophie Gassian, Marga Gularte, Michèle Morane, Christine Poulain, François Cancelli, Éric Cuomo, Hervé Philippe, Xavier Théolère, Gilbert Toussaint et Jean- Paul Landeau.

Publié dans Collaboration Spectacles