Skip to content →

D’où je vois le monde # Pénélope

création 2019/2020 

Forme pluridisciplinaire réunissant le jeu, la danse, le chant, la musique, les arts plastiques
– à partir de 15 mois –

J’avais plusieurs idées en tête :

……… aborder la mythologie sous une forme nouvelle, à la frontière de plusieurs langages artistiques (arts plastiques, musique, danse, chant, théâtre)

…….. inviter les spectateurs à une déambulation poétique, au sein du théâtre, du hall d’accueil au plateau

…….. explorer quelques grandes figures de la mythologie grecque, Pénélope, Ariane et Arachné, « Sisyphe » féminin, toutes trois fileuses, expertes dans l’art du tissage

…….. montrer le fil dans tous ses états en créant une oeuvre visuelle, tactile et sensorielle, explorer le rapport familier que nous pouvons avoir avec la matière (le doux, le mou, le lourd et le léger, le gros et le petit, la couleur, le « tissé », le tricot, le crochet…)

…….. interroger le masculin-féminin, l’animalité, l’épreuve du temps, l’endurance physique, la performance, le jeu…

Écrire un spectacle pour les tout-petits (dès 15 mois !), c’est entrer dans une dramaturgie singulière. L’image, les sons ont plus d’importance que les mots. Le langage scénique est plus libre, il est vocal, gestuel, tactile, graphique, sensuel, émotionnel.

« À chaque âge son regard sur le monde… C’est pour éveiller celui des plus jeunes que nous avons imaginé une Odyssée pleine de couleurs sur les traces de grandes héroïnes mythologiques.. Celles-ci ont pour noms Pénélope, Arachnée, Ariane ; et leurs histoires forment ici la trame d’une suite de tableaux enchanteresse. À la manoeuvre, un comédien, une danseuse et une chanteuse envoûtante comme une sirène tirent les fils d’un décor tout entier fait de laine. Cascades de fils, symphonie chromatique. Des brins par centaines, tissés en colonnes élancées, en balles… différentes formes comme autant d’agrès offerts à la fantaisie du mouvement et du jeu. Tout proches, les enfants auront un point de vue imprenable sur ces étranges objets, tantôt petits, tantôt très hauts… De quoi faire naviguer leurs yeux en tous sens. Et à la fin du voyage, ils seront même invités à un moment de découverte sensorielle au coeur du décor. Histoire de toucher à leur tour le mythe du bout des doigts. »

La mythologie antique traverse les âges.
Le mythe est hors du temps, il le condense. Il compresse passé et présent, comme l’art.
Miroir de la vie actuelle et bond dans un passé imaginaire, il est omniprésent.

Depuis son origine jusqu’à aujourd’hui, il résonne à travers les formes artistiques (littérature, poésie, philosophie, cinéma, musique, arts visuels, danse, chant). Il est une matière en perpétuel mouvement.

Aborder le mythe aujourd’hui, c’est le perpétuer, le métamorphoser tout en conservant sa structure originelle identifiable. L’évoquer, le raconter sous une forme nouvelle, un autre langage. En dévoiler sa volatilité et sa capacité à infiltrer, à rejoindre le présent.

Il s’agira de voyage, de mouvement, d’errance, d’expérience unique et collective, de jeu avec l’espace, la couleur et la matière. Faire et défaire, tisser et métisser les mots, les sons, les images.

Un temps suspendu dans un grand paysage abstrait.


Les actions qui ont accompagné le projet

Des rencontres et expérimentations ont eu lieu dans des crèches et écoles maternelles du département de l’Aube au cours de la saison 18/19 afin d’éprouver les espaces de représentations possibles, l’âge du public, sa réactivité, sa concentration, l’interaction que nous pouvons susciter avec le public.

Le théâtre de la Madeleine de Troyes, qui accueille la compagnie sur la saison 19/20, a organisé de nombreux ateliers, workshop au sein du théâtre en présence de toute « l’équipe scénograpique » (Catherine Toussaint, François Cancelli et la plasticienne Josepha de Vautibault). Le Théâtre d’Auxerre a également organisé plusieurs ateliers autour du spectacle.

Quelques sources d’inspiration

Les plasticiens internationaux : Sheila Hicks, Rafael Soto, Chiharu Shiota, Ella Jorgenius, Marinette Cueco, entre autres.


> dossier du spectacle


Distribution

Mise en scène et conception : Catherine Toussaint
Scénographie : François Cancelli, Catherine Toussaint et les plasticiennes Josepha de Vautibault et Elise Boual
Composition musicale : Uriel Barthélémi
Costumes : Hanna Sjödin
Lumières : Daniel Linard
Administration : Valérie Scheffer
Communication : Erika Marques
Avec Solea Garcia-Fons, Paola Piccolo et François Cancelli

Production : Cie La Strada
Co-production : Théâtre de La Madeleine, scène conventionnée de Troyes
Soutien : Espace Gérard Philipe de St-André-les-Vergers / MPT de Bar-sur-Aube / MPT de Brienne-le-Château / L’Art-Déco de Sainte-Savine
La compagnie La Strada est soutenue par la Ville de Troyes et la DRAC Grand-Est.
Elle est conventionnée avec la Région Grand-Est (aide au développement).

 

Photos en résidence à l’Art déco de Sainte-Savine – octobre 2019
(c) Philippe Rappeneau

Published in En création En diffusion Spectacles